Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Explose moi la tête

dimanche, juin 5 2016

Nostalgie égoïste

il parait que le monde va mal. Que rien ne va plus. Qu’il est loin le temps où les moins de vingt ans vivait dans un monde de rêve, baignant dans le plein emploi et la révolution sexuelle.

Bref, tout fout le camp.

Sauf que si l'on y regarde de plus près, on se demande si cette époque bénie a réellement existé. Comme disait Coluche « avant on avait du travail mal payé, aujourd’hui on est mieux payé mais, il y a plus de travail ».

Quant à la révolution dites sexuelle, elle a bien vite été freinée par le SIDA et surtout elle n'a concerné qu’une minorité de jeunes qui se sont vite empressé de se marier pour oublier ce qu’ils avaient fantasmé. J’exagère me dira-t-on, mais si on y réfléchit de plus près, les femmes prêtes à changer les mœurs sont vite rentré dans le rang pour ne pas être prise pour des salopes et les hommes ont continué a défendre les vertus du mariage en public et à jouer les Don Juan en secret.

Dire que c'était mieux avant, à l’époque de nos parents … est une illusion d'optique, le monde va mal mais a-t-il un jour été bien ? Aujourd’hui, même si ce n'est pas la panacée, la joie a tous les étages de la vie, nos conditions de vie sont globalement meilleures que celles de nos aïeux, enfin si on se limite a l'Europe.

Toutefois, il ne faut pas tombé dans l'optimisme béat et garder l’œil ouvert, de nombreux progrès reste a faire, rien n'est gagné.

dimanche, mai 22 2016

reflexion sur La violence

En ces temps de contestation à tout-va, j'ai décidé de me remettre à apporter mon grain de sable dans ce désert. À nous tous nous arriverons bien à faire évoluer le paysage, ou au moins a le modifier quelque peu.

Bien sur, fidèle a moi-même, je ne vais pas faire de la violence verbale ou réelle mon credo, je crois plus au consensus, a la prise de conscience individuelle et peut-être collective qu’au déferlement de haine et de testostérone.

Parlons en donc de cette violence qui nous envahit de toute part.

Le monde a besoin de changement certes, mais une analyse de son histoire montre que la violence n’a jamais rien résolue, bien au contraire. Elle n’a de justification que dans le cadre de la survie et encore, uniquement quand la vie est en jeu. Le monde animal nous en donne l’exemple. Aucun prédateur ne tue pour le plaisir de tuer. Même le plus féroce. La violence n’est utilisée que pour se défendre ou se procurer de la nourriture.Cheetah, learning to hunt

Certain me répondront que les individus violents, brutaux, agissent pour la défense de leurs intérêts bafoués et bla bla bla. Qu’ils n’ont d’autres choix pour faire entendre leur voix au chapitre. Il est certains que les médias ont la fâcheuse tendance de ne parler que des actions spectaculaire. Mais est-ce une raison suffisante ?

Quand un militant de quelque cause que ce soit s'en prend violemment a ses concitoyens, il ne voit que sa colère et se moque éperdument du mal qu’il peut faire à autrui. Qu’elle que soit la cause de sa révolte, il agit d’abord de façon égoïste en ce sens qu’il n’a que faire de ce qui peut arriver a son frère humain. 1008x646_vehicule-porsche-incendie-devant-prefecture-loire-atlantique.jpg

J’entends déjà les critiques me dire que j'ai un discours moralisateur, voir chrétien (comme s’il s’agissait d’une honte suprême, bouh le méchant !) Mais non, la morale est surtout une mise en application du « ne fais pas aux autres ce que tu n’aimerais pas que l’on te fasse » Personne n’aimerait voir sa voiture brûler, voir ses enfants assassiner, un brin d’empathie suffit a le comprendre.

La violence, quel quelle soit n’a aucune justification, il y a tant d'autre moyen d'agir pour changer le monde. Dire cela ne relève pas de l'utopie mais du simple bon sens.

mardi, décembre 15 2015

democratie sabordée

Marion Maréchal Le Pen affirme que la démocratie aurait été sabordé dimanche.

Sabordée par qui ?

Par le PS qui a perdu une bonne partie des régions qu'il gouvernait depuis des décennies.

Par les républicains qui ont gagné des régions certes, mais grâce au vote des citoyens de droite, mais aussi de gauche.

Par les électeurs, ces idiots qui sont si stupides qu'ils ne voit même pas que "le clan Le Pen est la solution pour un avenir serein, sans haine, sans émeutes, sans effet de meute".

Réfléchissons deux minutes, quel parti totalitaire se saborderait pour voir son ennemi gagner ? A part le FN, qui aurait intérêt a voir mourir la démocratie ?

C'est un vieil argument de tyran de dire que l'autre est coupable de ce dont on a envie.

dimanche, avril 12 2015

Les nouveaux penseurs libres

Il existe sur le net une nouvelle race d'intellectuels, des gens qui se disent pourfendeurs de la mollesse générale, celle là même qui pousse notre monde vers la décadence.

tomas-de-torquemada.jpg

(Torquemada - Grand inquisiteur)

La cible privilégiée de ces nouveaux chevaliers, de ces grands penseurs, est la mouvance dite "droit de l'hommiste" qui serait selon eux le reflet de l'incurie des temps.  Vous imaginez, des gens qui prône le respect et la tolérance, beurk qu'elle horreur. Rien de tel pour transformer notre belle jeunesse en chiche molle.

Ces braves citoyens, ces grand défenseurs de l'identité nationale et autres valeurs essentielles, ces amateurs de culture virile, mâle, vrai, inondent le web de leur blogs et autres usines a haine urbaine avec leur idées, leurs conceptions de la culture dite dominante.

Ces braves humains, bon père de famille, se lamentent via le net de la lente érosion des idéologies génocidaires, celle là même qui ont mis a feu et a sang le siècle des lumières atomiques que fut le XXe du nom.

La science des armes est leur muse.

La religion inquisitoriale est leur modèle.

Vous qui aimez votre voisin, vous qui tolérez votre prochain, faites attention, faites bien attention que cette majorité silencieuse ne se mettent pas à couvrir vos chants d'amour.

Le son du clairon fini toujours par couvrir celui du violon.

dimanche, octobre 12 2014

Modern Fantasy

liste_Guerre-Strategie_5451.jpg Nous vivons une époque étrangement similaire à ces mondes décris dans la Fantasy.

Vous savez ces temps obscurs où les hommes des diverses contrées se cherchent dans tout les sens de l'expression.

Ils se cherchent comme dans les cours de récrés pour se faire la guerre, pour prouver aux gentes demoiselles, au meufs, aux donzelles, aux minettes, qu'ils en ont de plus grosses que celle des autres, les ennemis, les concurrents.

Ils se cherchent aussi comme des adolescents en quête d'identité, pour fuir leur mal être devant l'incertitude du monde, devant leur propre incertitude et celle de leurs parents et grand parents.

Certain, plus profond peut-être, ou plus introvertis, ou plus peureux, allez savoir cherchent en eux un remède à leur mal de vivre, convaincu d'être la source de celui-ci.

ceux là forment le cortège des dépressifs, des suicidaires ou des illuminée de tout poils.

D'autre vont chercher le bouc émissaire, le coupable parfait, celui que personne n'aime vraiment au premier abord parce qu'il est différent. Et la différence ça fait peur, on ne sait jamais...

Ceux-ci créent des groupes, des armées de combattants pour la bonne cause : la leur bien sur. Ils ont parfois pour chef spirituels les illuminés du premier groupe.

Et puis, il y a tout ceux qui n'ont pas vraiment d'opinion; les incertains ou plutôt les certains qu'ils ne savent rien.

Tout ces hommes, un jour se réunissent sur des champs de batailles et se mettent à se battre, à faire la guerre des blancs contre les noirs, des bleu contre les roses, des rdeux roses des trois trèfles des cinq doigt de la mains de gros contre les maigres, des bronzée contre les blanc bec. Des je sais tout contre les je sais … tout. La guerre quoi !

Et voilà que çà se massacrent a tout va, a coup de rockets, de kalachnikov, de couteau bien aiguisé.

C'est le carnage, la mort au quotidien, comme dans les tranchés, a Verdun ou ailleurs, des millions de pauvres hères qui tuent, sans trop savoir pourquoi, pour obéir, pour se fuir, pour s'autodétruire par goût du sang par haine de soi par haine de l'autre par amour de la mort

ou

pour rien.

Quel gâchis,

mercredi, mai 9 2012

Dette publique de la france

Histoire de remettre en place quelques idées reçues, voici un graphique montrant l'évolution du solde des compte publics.

Contrairement a ce que l'on croit, la gauche n'est pas forcement plus dépensière que la droite, bien au contraire. Les compte de la nation sont resté a peu près stable de 1981 a 1991 avec un déficit d'environ 20 milliard d'euros.

Puis brutalement, sous le gouvernement Cresson, puis Beregovoy, la dette a triplé.

Balladur vient et n’améliore pas la chose en maintenant la dette a un niveau élevé.

Puis Jospin arrive et réussit a juguler l’hémorragie en ramenant le solde a -20 milliard.

Arrive 2002 et Raffarin qui lui multiplie de nouveau la dette par 2

Villepin arrive et réussit a amorcer une baisse, mais c'est sans compter avec Fillon qui dès qu'il prend les rênes d'un état "en faillite" selon lui fait repartir a la hausse les créances de l’état

Résultat : Fin 2010 la dette publique a été multipliée par 7 par rapport à l'ère Jospin.

Tout ça en diminuant le nombre de fonctionnaire et en lançant une crise d'austérité dans les service de l'état.

Je veux bien que la crise des sup prime ai eut une influence sur l'économie, mais bon, faudrait arrêter de nous prendre pour des c**

jeudi, mars 8 2012

Vision sarkosyste de la femme (du machisme inconscient de certain politique)

On peut lire ici l'engagement de Sarkosy pour les femmes, et une vision très "familiale" de celle ci C'est sidérant
  • Une France forte avec un taux de fécondité record de 2,01 enfants par femme. Le 2ème plus élevé d’Europe,

Pour N Sarkosy femme = fécondité
 

  • Un taux d’activité professionnelle des femmes de 85% parmi les plus élevés d'Europe,

Parmi les + élevé, on préférerait que ce soit le plus élevé (France = pays phare en matière de droit vous vous souvenez ?) 

  • 100 milliards d’euros consacrés chaque année à la politique familiale soit 8% de plus sous ce quinquennat,

Femme = famille, et celle qui ne veulent pas de famille alors ?
 

  • L’ouverture de 200 000 solutions de garde supplémentaires depuis 2007,

Idem précédent. Et les hommes, ils ne sont pas concernés par la garde des enfants ?
 

  • Une petite révolution : les congés maternité pris en compte dans le calcul des retraites des mères,

Bien, Mais une vrai révolution aurait été de créer un vrai congé paternité pour que les hommes puissent avoir un vrai rôle dans la politique familiale et surtout que les femmes arrètent de « sacrifier » leur carrière dès qu’elles veulent des enfants.
 

  • Un quotient familial préservé qui restitue chaque année 10,1 milliards d’euros de pouvoir d’achat à 4,5 millions de familles,

Femme = famille, et celle qui ne veulent pas de famille alors ?
 

  • Une grande avancée : la lutte contre les violences faites aux femmes déclarée grande cause nationale en 2010,

C’est le moins qu’on puisse faire non ? en en 2011, et en 2012 alors ? et dans l’avenir, on fait quoi ?
 

  • 40% de femmes d’ici 2017 dans les conseils d’administration des sociétés cotées ainsi que dans celles disposant d'un conseil de surveillance,

Comment s’engager sur ce genre de promesse ?  
 

  • La parité dans la sphère professionnelle et sociale désormais devenue un principe constitutionnel,

Un principe…. Mais sans une politique éducative efficace et des aides significatives pour les couple désirant des enfant (pas seulement pour les femmes) ça ne sert pas a grand chose.

Bref tout cela est consternant de machisme inconscient

jeudi, février 16 2012

Ras le bol de soupe chaude.

Y'en a marre des gens qui voudrait te dire ce que tu dois pense.

Y'en a marre des gens qui te prenne pour un faible quand tu défends les faibles.

Y'en a marre des gens qui pense que penser c'est insulter

Y'en a marre des gens qui croit que vivre c'est faire la guerre en permanence

Y'en a marre des ceux qui ne savent pas qu'il ne savent rien

Y'en a marre des empêcheurs de rêver en rond ....

samedi, février 11 2012

Une civilisation supérieure ?

En France, le long de l'A1 vers Pierrefitte-sur-Seine/St Denis, des gens vivent dans un bidonville. 

Le long du périphérique, en diverses endroits, des travailleurs pauvres et des SDF vivent dans des toiles de tente de fortune.

En plein Paris, un peu partout, on trouve des SDF 

tentes_mdm.jpg 

A Vincennes, sur l'esplanade, des dizaines de travailleurs pauvre vivent depuis plusieurs années dans des camping cars de fortune etc etc... 

Ce doit-être cela une civilisation supérieure.

dimanche, février 5 2012

Est-ce la fin des démocraties ?

On est en droit de se demander si les révolutions arabes n'ont pas signées l'arrêt de mort des démocraties. 

En effet, depuis qu'elles se sont produites on assiste à un lent revirement des politiques des gouvernements occidentaux vis a vis de la liberté du net. Comme si les évènements en Egypte, Libye et Tunisie avaient donnés à réfléchir. On connait le rôle majeur jouer par les réseaux sociaux, ce symbole de la liberté du net...

Et puis, il y a la fermeture intempestive de Megaupload qui, bien qu'elle puisse être justifiée, pose la question de la méthode quelque peu brutale de la justice américaine. A l'aune de cet évènement : on se rend compte du pouvoir discutable qu'on les States sur Internet. Ils peuvent bel et bien fermer un serveur qu'elle que soit sa localisation géographique au mépris des lois locales....

Tout ces évènements nous amènent à nous poser de sérieuses questions sur l'avenir des démocraties. 

Car si l'on y regarde de plus près, les révolutions arabes ont surtout eu pour effet de mettre des parti islamistes au pouvoir, parti modéré certes, mais jusqu’à quand ? Les réseaux sociaux s'en émeuvent, et peuvent encore avoir un rôle a jouer, sauf si les gérant de ceux-ci vont au bout de le démarche récente en adaptant les règles de censures locales. On peut se demander qui se cache derrière cette volonté nouvelle de vouloir s'adapter aux législations locales ?

Au sein des pays démocratiques, on assiste parallèlement a un lent processus de prise de contrôle d'internet par les gouvernements et sociétés privées au nom de la défense d’intérêts économiques discutables. D'ou les lois ACTA, LOPSI et autres HADOPI. Tout cela n'inquiétait jusqu’à maintenant qu'une minorité de geek, et d'internautes engagés, la majorité des utilisateurs du net se rangeant derrière la pseudo incompétence des gouvernement pour croire en l'avenir de la liberté du web. Les récents évènement montrent que finalement quand ils le veulent les gouvernements peuvent avoir un pouvoir de contrôle bien plus grand que prévu, et que leur incompétence présumée en matière de nouvelles technologies est un leurre.

Et pour finir de nous inquiéter, les économies émergentes, celles qui se cachent derrière de nombreux lobby de plus en plus influents, sont loin d'être des modèles de démocraties... lentement l'économie mondiale est en train de tomber dans l’escarcelle de pays comme la Chine, les Emirats Arabes et la Russie, tous loin des critères occidentaux en matière de libertés individuelles. 

samedi, janvier 28 2012

Mégaupload, pourquoi tant de haine ?

Le débat sur la fermeture de Megaupload bat son plein entre les défenseurs de la liberté absolue et ceux qui prônent le contrôle d'internet par les institutions légales.

Pourquoi un tel évènement  déclenche-t-il autant de passions ? Car au fond, si l'on y regarde de plus près, on ne voit pas pourquoi l'espace Internet ne serait pas soumis à la loi, comme tout les autres espaces de la vie en société. 

Sauf que le web est un phénomène sans précédent dans l'histoire de l'humanité. 

Depuis des millénaires, les hommes sont gouvernés par d'autres hommes qui leur dictent leur lois. 

Depuis l'aube de l'humanité, les sociétés ont crées des castes qui gouvernent, imposant leurs visions du monde au reste des hommes et femmes. Cela va de la tribu primitive avec son chef de guerre aux sociétés hyper complexes comme les nôtres. 

Internet vient bousculer tout cela. Le printemps arabe en est le meilleurs exemple. 

Aujourd'hui, n'importe quel citoyen peut avoir voix au chapitre si peu qu'il ai réussit a se créer une notoriété sur le web. Et ça c'est un fait entièrement nouveau.

Megaupload et son PDG pirate n'est qu'un exemple parmi tant d'autre de ce que peuvent faire de simples anonyme si peu qu'ils aient quelques connaissance du fonctionnement du net. 

Tout cela serait très beau et promettrait un avenir radieux pour l'avenir de l'homme libre, sauf que l'état américain au travers de l'action de sa justice et du FBI, vient de briser le rêve en rappelant a tous que la récréation était fini et que le maître du jeu c'est lui. 

L'Amérique vient de montrer qu'elle pouvait faire fi des frontière et bloquer des serveurs qu'elle que soit leur implantation géographique. Et surtout, elle vient de démontrer que encore et toujours, les intérêts des castes dirigeantes passent avant ceux des simples citoyens.

D'ou les réactions épidermiques de ceux qui croyaient au beau rêve de liberté appelé : Internet. D'ou le combat des Anonymous. 

Ce n'est pas une simple histoire de droits d'auteurs bafoués comme on voudrait nous le faire croire, mais bel et bien une lutte entre les tenants du pouvoir tel qu'il se pratique depuis des siècle et ceux qui le rejettent.

samedi, janvier 14 2012

De la dette publique

Quoi qu'en disent certains, la dette publique française a plus que doublée en moins de deux années

IL suffit de jeter un œil a ce graphique réalisé a partir de données INSEE(voir ici)

dette.jpg

il faudra que l'on m'explique comment en diminuant les dépense de l'état de façon drastique on arrive a de tels résultats...

mardi, janvier 3 2012

Ringards

Ne pas suivre le troupeau a souvent une conséquence inattendue : devenir ringard aux yeux des masses.

Par exemple, quand je me mets à critiquer Apple, bien des gens me regardent comme un vieux quadra qui ne comprend rien au monde actuel. Ne pas adhérer aux concepts de la marque à la pomme, c'est ne pas être dans l'air du temps.

Cela n'a rien de vraiment neuf pour moi, depuis toujours je me suis situé en dehors des modes et tendances générales pour suivre mes idées et mes gouts personnels.

Bien sur cela n'a pas fait de moi un ringard tant que je représentais encore la jeunesse. On n'excuse plus facilement l'originalité aux jeunes gens. C'est même une marque de fabrique du djeun's.

Par contre c'est beaucoup moins bien vu dès que l'on passe la quarantaine, que l'on devient un Quadra. Au mieux on fait sourire, au pire on fait rire. Ne pas rentrer dans le rang, ne passe plus car on est censé avoir baisser la tête depuis longtemps.

Autant on pardonne aux jeunes leur insoumission, autant on voudrait bannir celui qui reste libre de ses jugements quand tous ont depuis longtemps rejoint le troupeau des moutons prêt a se faire tondre par de riches multinationales.

Passé un certain âge, il faut au contraire rentrer dans le rang et adhérer aux valeurs du groupe pour ne pas finir en Ringard au mieux ou en vieux con au pire.

mercredi, décembre 28 2011

De la Religion

En France, il est de bon ton de chasser du curé, de dire fièrement que l'on est athée.

Pour la majorité le croyant est un être obtus, mené par le bout du nez par des leaders religieux qui ne pensent qu’a lui sucer la substantifique moelle.

Même si la plupart fêtent noël en se gavant de ripailles et de boisson histoire de se rassurer en se disant que l'on vit, beaucoup se moquent comme de leur première chemise de la signification religieuse de l’événement : on préfèrent se définir comme des bons vivants sans Dieu ni maitre.

Alors quand des musulmans se battent pour construire une mosquée on crie au scandale. On se sent envahit par les troupes de Salah'ah'Din, on évoque l'esprit de Charles Martel pour bouter hors du pays ses ignobles croyants et leurs imams. 

Même les plus modérés se sentent mal a l'aise face à la ferveur de ces croyants qui n'ont pas encore "libéré" leurs esprits du joug de la religion.

Tout cela est parfaitement ridicule.

On oublie tout simplement que la majorité des êtres humains sont croyants, et cela depuis l'aube de l'humanité. Que de grandes civilisations comme l’Égypte, l'Inde, ou même la notre, ont de profondes racines religieuses.

On oublie que de grands hommes comme Gandhi, ou l'Abbé Pierre ont été des croyants avant tout.

On oublie que la religion est à l'origine de la création des hospices, de nombres d’œuvres de charité, et que les grands mouvements humanitaire puisent leur source dans l'histoire religieuse même si ils ne sont pas ou plus spécifiquement religieux.

Bref, le musulman, le chrétien, le juif ou le bouddhiste ne sont pas forcement des êtres aveuglés par un clergé dominateur ou un dogme réducteur. Ce sont des hommes doués du même esprit critique que les athées, mais qui ont choisi de croire plutôt que de ne pas croire.

Bien sur bon nombre de croyants le sont par habitude et imitation de leur familles ou leur voisins. Mais il en est de même des athées.

vendredi, novembre 25 2011

Obeir

obéir

dès notre plus jeune age on nous apprend a entrer dans le moule, a obéir

puis on grandit et l'on veut rester dans le groupe, pour cela il faut obéir a la loi du troupeau

viens l'age adulte, et il fut un temps ou l'on apprenait la discipline aux jeunes hommes, grâce a l'armée, obéir encore pour être un homme

Certains furent fusillés pendant la grande guerre pour n'avoir pas voulu obéir...

bien sur, il ne saurait y avoir de vie social sans obéissance, sans loi diraient les bergers.

mais ne peut-on imaginer un monde ou l'on obérait qu'après mure réflexion et non par contrainte social, habitude. ?

samedi, novembre 19 2011

DSK a marqué au fer rouge la politique française

DSK trois lettres qui ont marquées la fin de l'année 2011 et le début de la campagne présidentielle. Pourquoi ?

Sans doute parce que cette affaire de mœurs et de décadence humaine est digne des pires scénarios de la TV. On se croirait dans un sombre polar politique sortie des séries TV américaines, comme quoi parfois la réalité dépasse la fiction....

DSK représente au yeux des téléspectateurs affalés sur le canapé à attendre leur ration de sexe et d'hémoglobine, une sorte d'insertion de leur vie rêvée dans le réel.

DSK C'est l'archétype de l'homme marié à une riche héritière, doué en politique, et qui dérapent à force de décadence. C'est un peu comme ci George Duroy, l'arriviste du roman de Maupassant "Bel Ami" s'incarnait dans le réel.

DSK c'est le symbole de notre vision inconsciente de l'homme politique, de ce "tous pourris" qui semble résumer notre vision des représentants du peuple.

DSK c'est le produit de décennies de presse à scandales où l'on voit que les "peoples" sont au moins aussi débauchés que leurs concitoyens anonymes, ou du moins aussi débauchés que le seraient la plupart d'entre eux si ils étaient riches et célèbres.

DSK c'est le prototype de l'homme puissant incapable de maitriser ses plus vils instincts et qui chute face à une femme issue du petit peuple et qui pourtant ose se défendre.

DSK c'est ce que l'image d'une Amérique qui voudrait faire croire au monde entier qu'elle est pure, égalitaire et juste.

DSK c'est le mâle français archétypique, coureur impénitent, macho qui ne comprend pas les limites entre humour cochon et respect de la femme.

DSK a bien malgré lui marqué la politique française et il restera dans la mémoire universelle, certainement pas comme il l'aurait voulu je pense mais bel et bien présent comme Félix Faure dont on tous oublié l’œuvre mais qui est resté dans les mémoires comme le président mort dans le lit d'un prostitué.

lundi, novembre 7 2011

De la pertinence des journalistes radios et TV

On peut se poser la question de la pertinence du traitement des informations par les journalistes radio et télévision confondus. Je m'explique.

Quand on met comme informations principale d'un journal des vulgaires faits divers qui n'ont rien a faire à la une des journaux, est-on encore crédibles.

Pour exemple ce jour, la plupart des radio ont largement relayé la mort d'un fillette dans le Gard. C'est bien, mais franchement, est-il primordial de connaitre ces faits ? N'y a-t-il pas pléthores d'informations ayant une incidence certaine sur notre vie qui passe a la trappe pour laisser place au sensationnel, au morbide.

Quand on met en une, des événements en en omettant d'autres, est-on encore crédible ?

Par exemple on va parler de l'incendie par cocktail Molotov d'un journal satirique, mais pas de celui d'un foyer de Rom (voir ici), le même jour, avec le même procédé (cocktail Molotov) et qui pourtant a fait une victime.

Quand on parle a tout va de Melle LE PEN, dès qu'elle bouge une oreille, alors que l'on ne parle quasiment pas des autres extrémistes, surtout de gauche, est-on encore crédible ?

En effet si l'on observe le temps de parole de l’extrême gauche et celui de l’extrême droite, on s'aperçoit qu'il y a bien deux poids et deux mesures.

Quand on focalise l'attention sur DSK, oubliant presque le reste de l'information (voir ici) dans le même temps, est-on encore crédible ? 

Bref, on peut se poser des question sur la pertinence des information délivrées par les grand médias qui ont a mon sens trop tendance a devenir des rapporteur de ragots plus que de vrai média informatifs.

samedi, novembre 5 2011

Ubuntu, Fedora, même combat.

J'ai longtemps utiliser Ubuntu, pour être précis, de la version 7.10 a la 10.04, c'est a dire 3 années.

Et aujourd'hui, je suis revenu à Fedora, autrement dit à la distribution qui est sponsorisé par Red hat, (un acteur majeur du monde LInux, quoi qu'un peu oublié depuis quelque peu en retrait du monde médiatique depuis quelques années.)

Si j'ai lâché Ubuntu, ce n'est pas tant par haine de Unity, comme beaucoup d'autres, même si j'avoue que je n'accroche pas trop à cette nouvelle interface.

Non, j'aurais très bien pu continuer avec Xubuntu, une version d'Ubuntu que j'aime bien, ou faire tourner la dernière version de l'OS de Canonical avec Gnome 2. Tout est possible avec Linux et Ubuntu, comme toute distribution est encore largement personnalisable.

Non, ce qui m'a fait jeter l'éponge c'est un raz le bol de devoir galérer à chaque mise à jour pour configurer ma carte WIFI et ma carte son. J'ai un portable qui a 4 années maintenant, avec un matériel qui n'a rien d'exotique, et je ne vois pas pourquoi je devrais perdre mon temps à résoudre des problèmes qui visiblement n'en sont pas pour Fedora puisque dès l’installation de cette distrib, tout a marché du premier coup.

Bien sur, comme a chaque mise à jour, j'aurais fini par faire fonctionner parfaitement mon portable, je connais la procédure pour l'avoir fait plusieurs fois. Mais un coup de raz le bol, ajouté à Unity qui ne me plaisait pas, m'ont donné envie d'essayer autre chose. Et puis, je le répète, la version Live CD de Fedora que j'avais en ma possession a tout de suite reconnu ma carte WIFI et toute ma configuration matérielle. Du coup, je l'ai installé en dur et suis revenu a mes premières amours Linuxienne puisque j'ai débuté avec le pingouin en 2001 avec une Red Hat à l'époque.

Ceci étant dit, j'ai encore 3 PC chez moi qui tourne parfaitement avec Ubuntu (enfin, 2 ubuntu et un sous gOS) et j'en suis content.

Quelque soit la distribution utilisée, on fini toujours par retrouvé ses petits, et Linux présente l’énorme avantage de pouvoir s'adapter au envie de l'utilisateur. Ce n'est pas un système fermé et l'on peut essayer plusieurs Linux sans toutefois être totalement perdu. Les grands pricipe restent les même.

Dans que l'on soit adepte d'une distribution ou d'une autre peut importe, ce qui compte c'est de défendre l'OS libre et le meilleurs moyen de le faire, c'est de vanter sa diversité et son adaptabilité au besoin de chacun.

samedi, août 27 2011

la guerre des moutons

Aucune guerre n'aura pu se faire sans l'esprit moutonnier des troupes, sans le sens de la discipline des brutes de services, sans l'esprit de corps des décérébrés capable de tuer pour faire partie du groupe.

Je parle là des guerres de conquêtes, de ces guerres que l'on fait pour attaquer le pseudo ennemis. Car ce ne sont pas les même que les guerres faites pour se défendre des tyrans, despotes et autres tueurs en séries.

Car si l'on y réfléchit, qu'est-ce que pays; clan et autres divisions de l'humanité sinon de simples vues de l'esprit. Je sais que je vais choquer les patriotes de tout poils en disant cela, mais je suis humain avant d'être de tel pays, de tel clan ou de telle famille. On devrait toujours garder cela en mémoire avant de suivre les masses conquérantes.

Mais revenons a nos moutons.(:-D je sais elle est facile celle là)

Comment un homme, un tyran, peut-il asservir des masses entières d'humains et les pousser à tuer, violer, détruire d'autres groupes sans que personnes ne réagisse et ne se lève pour lui faire fermer se gueule ?

Comment un orateur du dimanche peut-il pousser des masses de fidèles aux neurones défaillants à haïr leur voisins de couleurs, cultures ou religions différente, sans que personne ne conteste son discours ? 

Comment un enfant dans un cour de récréation peut-il faire sa loi sans qu'aucun autres enfants ne le remette en place une bonne fois pour toute, car le comportement du mouton de base commence dès le plus jeune age. C'est là que l'on apprend a obéir au leaders en culottes courte. C'est là que le futur tyran apprend a avoir de l'ascendant sur les masses. 

Bien sur, vous me direz que cela est naturel, que cela fait partie de notre code génétique, que c'est nécessaire a la formation de toute société. Vous me direz que c'est un mal nécessaire a la vie en société, que l'homme doit apprendre a obéir pour être un bon citoyen. Et je vous répondrais que je n'en suis pas si certain, car le libre penseur n'en ai pas moins un bon citoyen, car si il a appris a faire des concessions pour vivre dans le groupe, il reste néanmoins critique par rapport aux choix de ceux qu'il a élu pour gouverner la masse.

Et c'est en cela que l'éducation joue un rôle primordial, on doit apprendre a nos enfants a penser par eux même avant toute chose. C'est le seul et unique moyen de créer des sociétés d'hommes libres et égaux. Et je crains que ce préalable fondamental a la vie en démocratie ne soit un peu oublié par les masses prêtes a suivre n'importe phénomène de mode pourvu que l'on soit dans le groupe, dans le mouvement général.

mercredi, août 24 2011

Le violeur et la menteuse

Je suis choqué, et le mot est faible, par l'affaire DSK et son épilogue. D'accord Nafissato Diallo a menti, d'accord cette affaire est louche, mais depuis quand annule-t-on un procès sous prétexte que l'un des accusé a menti ?

Car, de deux choses l'une ou il y a eu agression, ou il n'y a rien eu, ce sont ces faits et ces faits seuls que le tribunal devait jugé. Si réellement toute cette histoire est une pure invention de la femme de chambre, un procès aurait pu le démontrer tout aussi bien que le procureur, non ?

Quelque soit les mensonges de N Diallo, un procès aurait du avoir lieu ne serait-ce que pour lever le doute. Si DSK est innocent, il n'avait rien a craindre me semble-t-il ? Les tribunaux américains sont aussi dignes de confiance que les nôtres !

Une autre chose me choque : l'attitude triomphaliste de certains amis de DSK qui ont complétement occulté le fait que même si N Diallo a menti, rien ne prouve qu'elle est menti sur toute la ligne et que tout fut inventé dans cette histoire.

- page 1 de 3