J'ai longtemps utiliser Ubuntu, pour être précis, de la version 7.10 a la 10.04, c'est a dire 3 années.

Et aujourd'hui, je suis revenu à Fedora, autrement dit à la distribution qui est sponsorisé par Red hat, (un acteur majeur du monde LInux, quoi qu'un peu oublié depuis quelque peu en retrait du monde médiatique depuis quelques années.)

Si j'ai lâché Ubuntu, ce n'est pas tant par haine de Unity, comme beaucoup d'autres, même si j'avoue que je n'accroche pas trop à cette nouvelle interface.

Non, j'aurais très bien pu continuer avec Xubuntu, une version d'Ubuntu que j'aime bien, ou faire tourner la dernière version de l'OS de Canonical avec Gnome 2. Tout est possible avec Linux et Ubuntu, comme toute distribution est encore largement personnalisable.

Non, ce qui m'a fait jeter l'éponge c'est un raz le bol de devoir galérer à chaque mise à jour pour configurer ma carte WIFI et ma carte son. J'ai un portable qui a 4 années maintenant, avec un matériel qui n'a rien d'exotique, et je ne vois pas pourquoi je devrais perdre mon temps à résoudre des problèmes qui visiblement n'en sont pas pour Fedora puisque dès l’installation de cette distrib, tout a marché du premier coup.

Bien sur, comme a chaque mise à jour, j'aurais fini par faire fonctionner parfaitement mon portable, je connais la procédure pour l'avoir fait plusieurs fois. Mais un coup de raz le bol, ajouté à Unity qui ne me plaisait pas, m'ont donné envie d'essayer autre chose. Et puis, je le répète, la version Live CD de Fedora que j'avais en ma possession a tout de suite reconnu ma carte WIFI et toute ma configuration matérielle. Du coup, je l'ai installé en dur et suis revenu a mes premières amours Linuxienne puisque j'ai débuté avec le pingouin en 2001 avec une Red Hat à l'époque.

Ceci étant dit, j'ai encore 3 PC chez moi qui tourne parfaitement avec Ubuntu (enfin, 2 ubuntu et un sous gOS) et j'en suis content.

Quelque soit la distribution utilisée, on fini toujours par retrouvé ses petits, et Linux présente l’énorme avantage de pouvoir s'adapter au envie de l'utilisateur. Ce n'est pas un système fermé et l'on peut essayer plusieurs Linux sans toutefois être totalement perdu. Les grands pricipe restent les même.

Dans que l'on soit adepte d'une distribution ou d'une autre peut importe, ce qui compte c'est de défendre l'OS libre et le meilleurs moyen de le faire, c'est de vanter sa diversité et son adaptabilité au besoin de chacun.