On peut se poser la question de la pertinence du traitement des informations par les journalistes radio et télévision confondus. Je m'explique.

Quand on met comme informations principale d'un journal des vulgaires faits divers qui n'ont rien a faire à la une des journaux, est-on encore crédibles.

Pour exemple ce jour, la plupart des radio ont largement relayé la mort d'un fillette dans le Gard. C'est bien, mais franchement, est-il primordial de connaitre ces faits ? N'y a-t-il pas pléthores d'informations ayant une incidence certaine sur notre vie qui passe a la trappe pour laisser place au sensationnel, au morbide.

Quand on met en une, des événements en en omettant d'autres, est-on encore crédible ?

Par exemple on va parler de l'incendie par cocktail Molotov d'un journal satirique, mais pas de celui d'un foyer de Rom (voir ici), le même jour, avec le même procédé (cocktail Molotov) et qui pourtant a fait une victime.

Quand on parle a tout va de Melle LE PEN, dès qu'elle bouge une oreille, alors que l'on ne parle quasiment pas des autres extrémistes, surtout de gauche, est-on encore crédible ?

En effet si l'on observe le temps de parole de l’extrême gauche et celui de l’extrême droite, on s'aperçoit qu'il y a bien deux poids et deux mesures.

Quand on focalise l'attention sur DSK, oubliant presque le reste de l'information (voir ici) dans le même temps, est-on encore crédible ? 

Bref, on peut se poser des question sur la pertinence des information délivrées par les grand médias qui ont a mon sens trop tendance a devenir des rapporteur de ragots plus que de vrai média informatifs.