On est en droit de se demander si les révolutions arabes n'ont pas signées l'arrêt de mort des démocraties. 

En effet, depuis qu'elles se sont produites on assiste à un lent revirement des politiques des gouvernements occidentaux vis a vis de la liberté du net. Comme si les évènements en Egypte, Libye et Tunisie avaient donnés à réfléchir. On connait le rôle majeur jouer par les réseaux sociaux, ce symbole de la liberté du net...

Et puis, il y a la fermeture intempestive de Megaupload qui, bien qu'elle puisse être justifiée, pose la question de la méthode quelque peu brutale de la justice américaine. A l'aune de cet évènement : on se rend compte du pouvoir discutable qu'on les States sur Internet. Ils peuvent bel et bien fermer un serveur qu'elle que soit sa localisation géographique au mépris des lois locales....

Tout ces évènements nous amènent à nous poser de sérieuses questions sur l'avenir des démocraties. 

Car si l'on y regarde de plus près, les révolutions arabes ont surtout eu pour effet de mettre des parti islamistes au pouvoir, parti modéré certes, mais jusqu’à quand ? Les réseaux sociaux s'en émeuvent, et peuvent encore avoir un rôle a jouer, sauf si les gérant de ceux-ci vont au bout de le démarche récente en adaptant les règles de censures locales. On peut se demander qui se cache derrière cette volonté nouvelle de vouloir s'adapter aux législations locales ?

Au sein des pays démocratiques, on assiste parallèlement a un lent processus de prise de contrôle d'internet par les gouvernements et sociétés privées au nom de la défense d’intérêts économiques discutables. D'ou les lois ACTA, LOPSI et autres HADOPI. Tout cela n'inquiétait jusqu’à maintenant qu'une minorité de geek, et d'internautes engagés, la majorité des utilisateurs du net se rangeant derrière la pseudo incompétence des gouvernement pour croire en l'avenir de la liberté du web. Les récents évènement montrent que finalement quand ils le veulent les gouvernements peuvent avoir un pouvoir de contrôle bien plus grand que prévu, et que leur incompétence présumée en matière de nouvelles technologies est un leurre.

Et pour finir de nous inquiéter, les économies émergentes, celles qui se cachent derrière de nombreux lobby de plus en plus influents, sont loin d'être des modèles de démocraties... lentement l'économie mondiale est en train de tomber dans l’escarcelle de pays comme la Chine, les Emirats Arabes et la Russie, tous loin des critères occidentaux en matière de libertés individuelles.