En ces temps de contestation à tout-va, j'ai décidé de me remettre à apporter mon grain de sable dans ce désert. À nous tous nous arriverons bien à faire évoluer le paysage, ou au moins a le modifier quelque peu.

Bien sur, fidèle a moi-même, je ne vais pas faire de la violence verbale ou réelle mon credo, je crois plus au consensus, a la prise de conscience individuelle et peut-être collective qu’au déferlement de haine et de testostérone.

Parlons en donc de cette violence qui nous envahit de toute part.

Le monde a besoin de changement certes, mais une analyse de son histoire montre que la violence n’a jamais rien résolue, bien au contraire. Elle n’a de justification que dans le cadre de la survie et encore, uniquement quand la vie est en jeu. Le monde animal nous en donne l’exemple. Aucun prédateur ne tue pour le plaisir de tuer. Même le plus féroce. La violence n’est utilisée que pour se défendre ou se procurer de la nourriture.Cheetah, learning to hunt

Certain me répondront que les individus violents, brutaux, agissent pour la défense de leurs intérêts bafoués et bla bla bla. Qu’ils n’ont d’autres choix pour faire entendre leur voix au chapitre. Il est certains que les médias ont la fâcheuse tendance de ne parler que des actions spectaculaire. Mais est-ce une raison suffisante ?

Quand un militant de quelque cause que ce soit s'en prend violemment a ses concitoyens, il ne voit que sa colère et se moque éperdument du mal qu’il peut faire à autrui. Qu’elle que soit la cause de sa révolte, il agit d’abord de façon égoïste en ce sens qu’il n’a que faire de ce qui peut arriver a son frère humain. 1008x646_vehicule-porsche-incendie-devant-prefecture-loire-atlantique.jpg

J’entends déjà les critiques me dire que j'ai un discours moralisateur, voir chrétien (comme s’il s’agissait d’une honte suprême, bouh le méchant !) Mais non, la morale est surtout une mise en application du « ne fais pas aux autres ce que tu n’aimerais pas que l’on te fasse » Personne n’aimerait voir sa voiture brûler, voir ses enfants assassiner, un brin d’empathie suffit a le comprendre.

La violence, quel quelle soit n’a aucune justification, il y a tant d'autre moyen d'agir pour changer le monde. Dire cela ne relève pas de l'utopie mais du simple bon sens.